?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry | Next Entry

La Cigale et les Fourmis

J'ai consacré mon concert parisien à Barbara. De cette manière, je voulais honorer celle qui m'adressait, par fax, un mot de sa main avant chacune de mes apparitions dans la capitale. Roland Romanelli, son pianiste fidèle, m'y a aidé. Quelques minutes avant la fin de mon spectacle et tout juste sorti du sien au Théâtre des Nouveautés, il est venu m'accompagner pour un "Dis quand reviendras-tu ?" qui sonnait, plus que jamais, comme une question irrésolue.


Cette femme dont j'ai collecté ça ou là des anecdotes flottantes, drôles, émouvantes, cabotines, sensibles, m'accompagne dans toutes mes traversées de la sainte scène car je sais que, pour elle, chanter n'était pas un acte anodin et qu'elle offrait sa théâtralité rituelle aux fantômes qui nous assaillent.  Pour ma part, j'ai fait plus d'une fois l'expérience d'une naissance au moment de mes entrées sur scène. En laissant derrière moi les limbes utérines pour pénétrer dans la lumière, l'incarnation du mythe apaise tous ceux qui assistent à sa représentation. A l'inverse, plus d'une fois aussi, j'ai eu du mal à quitter la scène, à m'effacer. L'image d'une mort m'inquiète toujours.

Lundi soir, en coulisses de La Cigale, indifférent à tout ce qui se passait, un petit nid de fourmis productrices "administrait" derrière des écrans le tapage des cœurs réunis devant la scène. Ceux qui refusent de comprendre que la rencontre entre un public et son artiste ne doit rien au proxénétisme se caparaçonnent dans un traitement purement technique du sujet où cigales et corbeaux sont des sources de revenus. Ils ne savent pas que c'est eux-mêmes qu'ils bafouent...

Comments

( 5 commentaires — Envoyez un commentaire )
frederique34
14 avr 2010 08:35 (UTC)
Dis quand reviendras-tu ?
Une chose est sure: beaucoup d'artistes, jeune et moins jeune, devraient prendre exemple sur toi. Pour moi un artiste vrai ne doit répondre qu'à sa propre inspiration, sinon c'est un imposteur.
Cependant vivre de son art ne doit pas être chose aisée, et l'appel des sirènes doit être fort.
Avec toi l'équilibre est parfait car en tant que public on ressent l'énergie qui vient de la salle et que tu emmagasine au fil du récital. De part et d'autre la fin est toujours difficile!
En attendant merci Monsieur!
passasev
14 avr 2010 12:54 (UTC)
Un enchantement
Nilda,
Un enchantement, c'est le mot que ce concert m'a inspiré et que je t'ai dit sur le trottoir de La Cigale. Nous sommes quelques uns à étre restés car persuadés que tu allais venir comme à chaque fin de concert échanger quelques mots avec ton vrai public. Même si les responsables de sécurité essayaient de nous faire croire que tu ne viendrais pas!
Merci pour le respect de ton public. Tu nous offres tellement!
Mon petit garçon de 7 ans est resté pour te voir, te parler. C'était la première fois qu'il venait à un de tes concerts. Il a été impressionné de voir Nilda, qui n'est plus seulement le chanteur de ses CD préférés.
Merci pour lui, d'avoir bouleversé son coeur...C'est peut-être une récompense pour toi aussi de savoir que tu touches aussi un p'tit bonhomme de 7 ans.
En entrant dans la voiture il m'a dit: " Maman on a oublié de lui demander pour les pieds sur terre!" En effet, nous voulions savoir l'origine de cette, si magnifique, chanson et pourquoi tu la chantes en concert mais qu'elle n'est pas sur Ti Amo?
Merci pour le respect, les textes, les messages passés, les frissons, merci pour ton " Nildaïsme" unique, grandissant et si émouvant. A bientôt
Séverine et Enzo
larmealoeil
14 avr 2010 17:51 (UTC)
quand on n'aime on ne compte pas
chacun son rôle. je parlais avec le disquaire qui a passé la soirée derrière la porte pendant que je vibrais de toute mon âme dans la salle. lui à son job et moi à mon temps libre. il ne peut pas comprendre ce qui m'est arrivé, il n'a pas vécu ce moment paroxysmique. l'une vit, l'autre se morfond, l'une vibre, l'autre s'ennuie. mon temps n'est pas le sien, deux temps, trois mouvements c'est la valse...
vous parlez de rapports tarifés,mais dans notre société de consommation je crois qu'il n'y aurait rien, pas de rencontres du 3e type sans cela. si les fourmis s'affairent c'est que c'est leur rôle.
melothom
23 avr 2010 11:10 (UTC)
La Cigale, Barbara et le.... petit roi !
Bonjour Nilda,

Quel dommage que je n'aie pu aller te "rencontrer" à la Cigale.
Je t'ai entendu à Irigni, puis auparavant au Café de la Danse et j'ai retrouvé la même chaleur, le même échange d'émotions, les mêmes conversations avec le public, bref tout ton talent intact.
Je partage tes réflexions sur l'histoire, non, la rumeur.... et je refuse d'imaginer une histoire même courte avec "ton collègue" que j'ai eu l'occasion de cotoyer plusieurs fois à Lyon (lors de campagnes électorales)... il est trop "loin" de cette "godiche" qui non seulement ne sait quoi dire d'intelligent, mais ne sait quoi faire de son sac qu'elle tient bêtement à deux mains !! Que ce couple virtuel nous f... la paix, on est déjà assez "pressé" par le comportement du pantin qui gouverne malheureusement la France, et qui, lorsqu'on ne considère pas comme un honneur suprême d'apprécier sa poignée de mains s'exclame "fais pas le malin".
En tous cas, continue à nous faire rêver et que l'espoir perdure malgré tout !!! A bientôt à Lyon ou.... ailleurs, d'ailleurs !
innucbeau
25 avr 2010 08:33 (UTC)
Un peu malheureux, ceux qui n'ont pas pu y assisté!
Bonjour Nilda,
j'ai lu et relu le commentaire je ne sais combien de fois avant d'oser réécrire.
J'imagine que ce Grand moment à la Cigale à du être magnifique et riche en émotions, mais je ne peux qu'imaginer car je n'étais pas là.
Je n'ai pu,faute de moyens, assister à ce concert pour lequel, comme tous ceux qui vous aime, j'aurais vraiment aimé faire partie encore une fois de votre public.
Faute de quoi, je me suis rabattue en discussions sur mon écran, pour échanger mon ressenti avec ceux qui allaient participer et ceux qui comme moi,étaient désolés de ne pas pouvoir venir.
En lisant votre troisième partie, j'ai été touchée et attristée par les mots durs que vous avez employés et je crains de ne pas avoir tout compris, à qui s'adresse votre colère? j'espère de tout coeur que ce n'était pas à nous.
je suis heureuse de faire partie de votre public dés que je le peux, (Après des années d'attente depuis ma première rencontre en concert sur Meyzieu, heureuse est un petit mot), et j'espère que vous ne m'en voudrez pas pour ce petit commentaire.Quelques fois lire entre les lignes est un exercice difficile.
Si jamais j'avais fait partie des personnes qui vous ont irrités, je vous prie de m'en excuser,ce n'était pas volontaire.
A bientôt.
( 5 commentaires — Envoyez un commentaire )