?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry | Next Entry

Café du Duende

Se souvenir d'un concert, c'est comme sortir d'un rêve. On s'y revoit dans d'autres yeux, comme extérieur à soi, on en reconstitue les bribes éparses sans pouvoir en traduire toujours la signification.

Mardi soir, 20h20, je quitte un bar de la rue de Lappe pour entrer dans la salle que j'ai quittée une heure plus tôt la tête couverte d'une capuche en longeant la file qui attend l'ouverture des portes. Pendant une demi-heure, les cliquetis des trains extraits de mes images transsibériennes accompagneront les conversations. Puis, à 20h30, l'étui de ma guitare à la main, j'attends derrière les gradins le moment convenu du grincement des freins pour l'arrivée en gare. Au signal, je longe la scène par l'espace étroit que permettent les jambes du premier rang, je gravis trois marches, je sors mon instrument, je le place sur son stand et je disparais derrière un paravent après avoir déposé mon manteau, ma casquette et mon foulard sur les épaules nues d'un mannequin de couturière.

Ensuite, ce seront deux heures d'émotions complices, de celles qu'aujourd'hui, perdus entre réalisme de pacotille et cynisme mal dégrossi, on n'ose même plus. De ces heures-là, il subsiste une forme de lumière projetée par des hommes et des femmes attentifs à ne pas piétiner le moindre sentiment, retenant leur souffle pour ne pas contrarier - au cas où - l'apparition du duende.

Comments

( 2 commentaires — Envoyez un commentaire )
larmealoeil
14 mar 2010 17:47 (UTC)
Duende
le zig zag qui serpente dans l'âme
un courant d'air et de poésie qui prend feu dans le profond de l'être
une bizarre coincidence de sentiments, de visions, de sensations
quelque chose d'imprécis de vague mais qui pulvérise le noyau
une connexion télépathique et mystérieuse qui flotte dans la salle
les modulations de la voix atteignent des aigus qui brisent la carapace des timides
rappelez-vous le chant des sirènes...
rappelez-vous le flutiste du conte qui entraine tous les mômes dans son sillage
boulversement chamboulement enchantement du moment dont je ne sors plus, qui me retient captive.
intensémment goulument sans perdre une miette figée hypnotisée j'ai vécu ce moment magique jeudi soir à Genève
Merci
Larmealoeil
frederique34
05 avr 2010 09:52 (UTC)
Un grand Bol D'Air très frais!
Samedi soir il faisait froid ,il pleuvait, l'attente fut longue devant le chapiteau.Un couple est arrivait juste après moi, nous nous sommes salués.L'homme ronchonnait sur les conditions climatiques et regardait l'heure toutes les 30 secondes.Sa femme me souris en lui disant qu'il allait passer une bonne soirée mais en vain.Je lui à mon tour dis que j'avais fait 150 Km pour être là et que je ne donnerai ma place pour rien au monde.Lui qui avait fait 6 Km m'a prise pour une extraterrestre et il a rigolé. Nous nous sommes mis à blaguer(ça réchauffe) et nous avons passé soirée côte à côte au premier rang.Quand le chapiteau c'est rallumer mon voisin c'est tourné vers moi est il m'a dit qu'il comprenait les 150 km!Son visage avait changer sous l'effet Nilda!
Sous ce petit chapiteau battu par le vent et la pluie, il y a eu beaucoup de chaleur. Chanter en cœur avec toi est un immense bonheur. Tu es vraiment un Amour pour ton public.
Merci pour tous ces instants précieux et au plaisir de t'écouter, de te lire et de te revoir.
( 2 commentaires — Envoyez un commentaire )

Profile

nildafernandez
nildafernandez

Latest Month

janvier 2012
S M T W T F S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Actionné par LiveJournal.com