?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry | Next Entry

Rapallo bis

Je suis à Rapallo, comme en septembre dernier. Toujours la même vue sur le petit "castello", la maison où Nietzsche écrivit, l'hôtel où les bolchéviks signèrent la paix polonaise. Mais, cette fois, en plein mois de janvier, quand les tempêtes reprennent, les cieux sont bas, la mélancolie un peu plus forte. L'album est terminé, il part depuis samedi vers d'autres oreilles et d'autres cœurs. J'écris dès le matin, au premier étage de l'hôtel Lido, en attendant de reprendre la conversation avec Marie de Paris Match et m'interposer entre le paysage et l'objectif de Baptiste qui en écrit l'illustration.

J'aime ces conversations avec les journalistes français. Elles ressemblent, le plus souvent, à une quête commune. Ils me posent parfois les questions qu'ils se posent eux-mêmes et j'essaie de trouver à l'intérieur de mes réponses de quoi alimenter ma propre vie. Un artiste a cette chance de "pouvoir dire la vérité", pas seulement de servir le "parler vrai" qui n'est que le travestissement opportuniste du mensonge. Dire la vérité, c'est chercher au fond de soi les mots qui résonnent avec la totalité de ce qu'on a pu vivre. Ne pas se mentir, en quelque sorte.

Malgré les apparences, un artiste n'a rien à vendre, encore moins des suffrages à quémander. Il ne propose qu'une menue fenêtre sur l'âme. A chacun de l'ouvrir ou de la laisser close. Et l'argent qui s'échange l'affranchit du recours à la séduction auquel l'homme politique, esclave de la règle majoritaire, pense - à tort - qu'il doit se soumettre.

Profile

nildafernandez
nildafernandez

Latest Month

janvier 2012
S M T W T F S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Actionné par LiveJournal.com