?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry | Next Entry

José de la Cueva

     Chaque matin, il faut penser à José qui se lève tous les jours à cinq heures et sort de chez lui pour saluer la lune sur les hauteurs de Terque, petit village de la Alpujarra almeriense. Miguel me l'a fait connaître, tout comme il m'a fait connaître sa propre maison troglodyte, une galerie souterraine blanchie à la chaux qu'il occupe dès qu'il peut faire la route depuis Toulouse. "La cueva", sa grotte, se trouve à dix mètres de celle qu'occupa sa maman avant de partir avec un homme rencontré dans la prison d'Almeria tandis qu'elle allait y nourrir quelqu'un de sa famille, tombé du côté des perdants dans cette Espagne écartelée de la guerre civile où des familles, des villages, s'étaient obscurcis du jour au lendemain, parfois par hasard, parfois par conviction, mais toujours par la tragédie d'un embrigadement fratricide. 

Ce prisonnier et cette jeune fille allaient devenir les parents de Miguel tandis que José, moins chanceux, devait croupir sept années de plus d'un cachot à l'autre, dans les prisons d'Etat, c'est à dire franquistes. José a très envie de parler. Il a des choses à raconter. C'est une archive. Il pourrait faire le guide au musée des traditions que Sebastiana a rouvert exceptionnellement pour nous. Il montre son bras droit atrophié, informe à cause d'une balle qui est entrée par le coude et ressortie pas le poignet mais il est toujours bien mis, coiffé et rasé, vêtu d'un pantalon et d'une chemise impeccablement repassés.



Comments

( 2 commentaires — Envoyez un commentaire )
christian_29
02 avr 2010 21:38 (UTC)
une non-rencontre
bonjour Nilda,
nous nous sommes salués ce jeudi à La Flèche. j'aurais souhaité que nous échangions quelques mots mais, les conditions ne me semblaient pas idéales. c'eût été possible avant le concert mais je ne voulais pas t'importuner (t'avais assez de soucis avec ton tabouret!). après le concert, tout le monde se précipite et se veut "autographié". je me suis permis de remettre à la personne qui t'accompagnait un modeste enregistrement du groupe avec lequel je me produis en ce moment, en lui confiant ces mots: "j'ai assisté au concert de Nilda et son groupe en 93 à La Flèche, j'étais alors étudiant en batterie à Paris et ne rêvais que d'une chose, faire le même métier. Nilda fait partie des personnes grâce auxquelles je joue encore aujourd'hui, transmettez lui fidèlement et sincèrement mes propos en témoignage de mon admiration."
le concert de jeudi était humain. un tour de chant "sans filet". une jonglerie habile et des "mots massues" attrapés au vol comme on attrape un papillon. précautionneusement. merci Nilda. réponds si tu veux. Christian.
rosenilda
01 nov 2010 21:20 (UTC)
respect ...
Tout d'abord, respect,respect profond à cet homme : José ;
ensuite, pourriez-vous nous en dire plus sur cet homme,
sur ce qui s'est passé ces années-Là ?
ou en parlerez vous dans un futur livre, ou dans une chanson,
à moins que cela ne soit déjà fait... je connais si peu de choses de Vous, Nilda !
Ou était-ce juste un hommage, discret, pudique, histoire de ne pas oublier, un devoir de mémoire ?
( 2 commentaires — Envoyez un commentaire )

Profile

nildafernandez
nildafernandez

Latest Month

janvier 2012
S M T W T F S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Actionné par LiveJournal.com