?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry

Jeter des ponts

Je crois qu'il faut jeter d'autres ponts entre les artistes et ceux qui s'accompagnent de leurs chansons. La marchandisation à outrance (culturelle ou pas) est devenue l'écran de nos envies.  Il y a plusieurs années, ce constat m'a fait prendre chevaux et roulottes pour parcourir la France au gré des communes, petites et grandes, que nous traversions en chantant. C’est un souvenir inoubliable et la plus belle tournée de ma vie.

Aujourd’hui, lorsque m’arrive la question : « quand viens-tu à Toulouse, dans le sud, dans l’Est, en Normandie, à Nîmes, à Rennes… ? » je me désole de ne pouvoir répondre. Les circuits sont tellement organisés, planifiés,figés, qu’au gré de l'appétit des uns et du calendrier des autres, un tel désir compte peu. Alors, j'ai pensé quelque chose. Je me suis dit que j’aimerais tenter d’allumer la mèche d’une discussion nouvelle où chacun serait libre de mettre en commun sa capacité à trouver les relais nécessaires, dans un rayon donné, dans des locaux petits, inattendus mais accueillants, pour faciliter des rencontres successives et intimes où je chanterais, bien sûr, mais où nous pourrions parler, échanger des points de vue, des ressentis, des expériences…  et, au sens littéral, « refaire le monde » qui en a bien besoin. 

En mars, je retraverse l’Atlantique pour des concerts et la présentation de deux albums à Buenos Aires. En mai et en juin, je chante en province argentine pour les populations merveilleuses qu’on ne visite jamais.  Plus tard, je retourne à Tachkent pour enregistrer avec les quatre musiciens de ma dernière tournée ouzbek. Mais j’ai tout de même envie de trouver le temps pour me mêler, dans mon propre pays, à ce que j’y sens d’attente et de frustration, de colère et de don, de désarroi et de lumière.

Est-ce que ce que tout ça  est «utopique » comme l'affirmait mon producteur de concerts qui m’a laissé partir seul dans mes roulottes ? Est-ce qu’on peut inventer, l’une après l’autre, des formes nouvelles ? Est-ce qu’on peut imaginer sortir des ornières qu’on nous a convaincus, peu à peu, de creuser nous-mêmes ?     

Comments

( 51 commentaires — Envoyez un commentaire )
Page 1 de 3
<<[1] [2] [3] >>
fifish22
04 jan 2012 11:39 (UTC)
comme un cadeau...
Que l'année commence bien, avec le retour de tes écrits!Tout d'abord, conventionnellement, je te souhaite une excellente année!
Tu as eu une super idée, aller 'au contact'est primordial pour un artiste qui berce les jours de son public, surtout pour ceux qui sont éloigné des grands centres culturels...donc nous aurons peut être bientot le bonheur de te réentendre dands la campagne bretonne des Côtes d'Armor...?Bonne journée à toi
claudemn
04 jan 2012 12:44 (UTC)
Tu nous as appris...
... "Una nueva vida para mi, una nueva vida para mi..." Pour moi, une nouvelle vie a commencé le jour où j'ai retrouvé un vieux (...!!!) disque de toi. Mmm... mes yeux dans ton regard... Depuis, ta présence, même absente, m'accompagne, tu as posé sur ma vie des couleurs nouvelles, tu es en quelque sorte mon baiser sous le lilas... Ce que je te souhaite pour cette nouvelle année -et pour l'éternité ! c'est bien-sûr de connaître la même exaltation que celle que tu me fais vivre. Je ne veux pour toi que passion, douceur, rencontres, émerveillement, des étoiles plein les yeux. La force aussi de surmonter les épreuves de la vie. Je suis avec toi, en pensée, sans cesse, je veille... PS : je t'avoue que j'avais préparé le texte que tu viens de lire. En ouvrant ma messagerie pour te l'envoyer, je lis celui que tu nous offres : je me vois confortée dans l'idée que je me suis toujours faite d'une relation avec toi : simple et chaleureuse. Non, ton projet n'est pas utopique. Moi j'y crois. Affectueusement. Claude.
rosenilda
04 jan 2012 15:49 (UTC)
Jeter des ponts...
L'utopie d'aujourd'hui sera la réalité de Demain...

Alors, oui, mille fois oui, pour jeter des ponts ... Organisons nous , dans chaque coin de nos vies pour créer de réels relais d'amis, où chanteurs et... " enchanté-e-s" puissent s'écouter , se voir , se parler !

Mettons en route un autre monde, tout de suite , tel le petit colibri !!!

Belle et douce année , Nilda , pleine de joie , de partage et de lumière !

irenefernandez
04 jan 2012 16:16 (UTC)
♥ Je t’aime ! ♥
Isabelle Petitjean
04 jan 2012 21:13 (UTC)
Merci
Merci pour cette merveilleuse idée ! Se retrouver, vous écouter chanter, vos mots, votre guitare qui fait corps, puis échanger, parler du monde, le caresser ou le refaire... J'en rêvais....
Une belle perspective pour 2012 !
zelia_s
07 jan 2012 17:29 (UTC)
Bonsoir Nilda,
Vous êtes fidèle à vous-même: inattendu, surprenant; mais doit-on s'étonner qu'un artiste ait un désir de rencontre. Votre proposition touche la sensibilité de ceux qui aime vous écouter.
Utopique? Peut-être, mais la tentation de l'utopie ne fait-elle pas avancer? Rêver ne donne-t-il pas l'énergie d'ouvrir des voies nouvelles?
Jeter des ponts, tendre des mains, des rencontres, des discussions, des ressentis...N'y aurait-il pas un peu d'Humanité dans tout cela? notre monde en a bien besoin; alors pourquoi ne pas inventer, créer, en redessiner quelques contours? Cela est bien tentant.
rosenilda
07 jan 2012 18:08 (UTC)
Créer des passerelles...prendre les chemins de
"Un seul homme qui rêve, c'est peu de choses, mais quand plusieurs
se mettent à rêver, c'est déjà le début d'une autre réalité."... disait
Dom Helder Camara, de l'autre côté de l'Atlantique...

Oui, venez nous enchanter, nous parler, nous voir, nous rencontrer dans nos provinces françaises, aussi ! ... de ce côté de l'Atlantique !

Et semons : Dauphinois, Corses, Bretons, Catalans, Basques,Franciliens et autres... amis...pour organiser de belles rencontres ! Que vive la diversité de cultures et de chemins !

Chemins à créer ensemble , Vous et Nous !
Et pouquoi pas une nouvelle tournée en roulotte, qui semble si chère
à votre coeur et que l'on organiserait tous ensemble , dans nos belles provinces, l'été prochain ?!
zelia_s
08 jan 2012 11:22 (UTC)
agréable découverte
Il y a quelques temps, j'ai eu à ma portée un livre au titre attrayant. Sur la quatrième de couverture la lecture du résumé, m'a fait froncer les sourcils: quelle idée! Soit l'auteur a du talent, soit c'est la promesse d'un ennui aussi profond que celui, annoncé, de la narratrice; j'imagine encore les formes bizarres que peut prendre le récit. Face au doute, la curiosité l'emporte:l'auteur ne m'est pas inconnu, et j'ai envie de découvrir ce qui a pu germer dans son esprit (pardon le votre).
Je me prépare un thé et m'installe confortablement sur le canapé, à la lumière de la lampe, en Bretagne le jour décline tôt certains après-midi d'hiver.
Je m'attends à une lecture difficile...Je soulève la couverture: quelques points de suspension, et me voilà partie...
Deux heures plus tard, je referme le livre, le thé aux saveurs d'agrumes a refroidi, je l'ai oublié sur la table basse. J'étais ailleurs, je me suis laissée embarquée dans cette histoire, page après page, j'ai suivi vos personnages, sympathiques, attendrissants, insupportables; ils m'ont émue, amusée, agacée; je me suis perdue parfois, entre masculin et féminin...j'ai aimé, en somme.
J'ai aimé l'histoire, la forme que vous avez donné à votre récit. En refermant le livre, j'imaginais sans peine que l'on veuille le théatraliser, quelle bonne idée!
Que disait l'éditeur sur la quatrième de couverture? "pari réussi". J'adhère à son propos, l'auteur a du talent.
Je me suis laissée surprendre, j'avais des doutes et j'ai eu un réel plaisir de lectrice. Merci pour ce bon moment.

Ps: reste une énigme: l'agglynée en fleurs-de-mai...
rosenilda
03 juin 2012 13:17 (UTC)
Re: agréable découverte
Bonjour Zélia, et bonjour Nilda, ...

puisqu'il s'agit de votre journal, même si vous le désertez, un peu trop à mon goût ..

je vais avoir , enfin, bientôt" Le Livre "..dur , dur à trouver ou à un prix d'or du style 140 euros le livre ....j'ai patienté ! j'avais émis un souhait sur un site de vente : price minister pour le nommer ...20 euros maxi !
et voilà qu'une proposition vient de l'offrir à 9.50 !!!! Super !
Je l'ai commandé et je l'attends !
Re: agréable découverte - zelia_s - 03 juin 2012 14:42 (UTC) - Expand
claudemn
09 jan 2012 22:37 (UTC)
... de concert...
Oui, concertons-nous : qu'est-ce qu'un concert ? Il y a presque un an jour pour jour, j'allais te voir pour la première fois. Pour moi, un concert, c'était : le chanteur, ses musiciens, des jeux de lumière, une "première partie", éventuellement un chauffeur de salle,... Je n'ai vu que le chanteur et sa guitare : surprenant au début. Mais on se laisse très vite emporter par la magie de ces instants uniques : ambiance intimiste, petites conversations entre deux chansons, plaisanteries... Tout juste si tu ne nous offrais pas le café et les petits fours... Il ne faudrait pas appeler cela un concert, mais un rendez-vous, une invitation. Finalement on te connait trop peu, quelques discussions avec toi s'imposent... J'apprécie la façon indépendante dont tu mènes ta vie d'artiste, encore une fois tu nous prouves que tu ne feras jamais partie du même moule, que, des ornières dont tu parles, tu sais très bien te sortir. En évitant les sentiers battus, ceux qui t'aiment sont peut-être moins nombreux, mais ils t'aiment "pour toi", et non parce qu'ils t'ont "vu à la télé" la veille au soir. Juste une remarque : ne crains-tu pas le surbooking ? Tu risques l'écartèlement... Pour moi, ce sera, por favor, sur le chemin vers Saint Jacques de Compostelle...
(petite parenthèse de fin à l'attention de chacun : je viens d'écouter le groupe russe DDT sur Youtube : j'appellerais cela du "rock doux", ça balance, les sons sont inattendus, la langue russe est tellement douce à entendre... Bonne nuit).
Jocelyne Chauviere
16 jan 2012 13:58 (UTC)
Quel plaisir en ce début d'année de constater que vous avez renoué avec votre journal. j'apprécie votre plume et votre regard sur "les choses de la vie". Je ne crois pas qu'il soit utopique de vouloir inventer de nouvelles formules, notre avenir nous appartient. C'est d'ailleurs ce que l'Homme fait depuis plusieurs millénaires, certainement pas de manière toujours positive! Alors bien sûr que oui on aimerait vous retrouver en petit comité et partager en votre compagnie un agréable moment d'échange et de chansons. Peut-être pas dans l'immédiat car 2012 semble déjà bien occupée pour vous. Je pense qu'en France, beaucoup des petites villes ou petits villages seraient ravis de pouvoir vous accueillir. Puissions-nous être un maillon de la chaine que vous désirez mettre en place?
rosenilda
21 jan 2012 21:31 (UTC)
D'un journal à un autre ...
S'il fallait lire un livre et un seul de Tzvetan Todorov,
dont vous venez de parler ,lequel conseilleriez-vous ?
La peur des barbares ou Devoirs et délices ?
Histoire de faire , aussi, le pont d'un journal à l'autre !
La vidéo regardée à l'instant sur You Tube donne envie d'en savoir plus ! Belle fin de concert à Vous !
claudemn
27 jan 2012 07:34 (UTC)
La senõrita del abanico...
... Va por el puente del fresco rio...
Bonne idée de vouloir poursuivre la construction de ce pont, commencée par Nilda... Quand il repartira en Argentine, c'est un pont sur l'Atlantique que nous lui bâtirons... Allez, Nilda, je reviens une dernière fois sur la belle soirée de samedi dernier, pour te dire, un peu tard (...) : MERCI !! pour la chanson en russe, j'en rêvais... Bon, il est temps de se rendre maintenant sur l'autre rive : une très belle lettre d'un certain Nilda nous y attend, moi qui adore entendre ou lire des souvenirs d'enfance... Tu n'aurais pas envie d'en faire un livre ? A bientôt, tu es notre soleil.
rosenilda
28 jan 2012 17:35 (UTC)
Balade en roulotte...
Je viens de regarder les images et la vidéo sur la balade-tournée en roulotte...ça fait envie !Entendre, écoutez vos ballades entre Lyon et
Barcelone...l'été prochain...un rêve...et si vous recommenciez !?

Belle page sur l'autre rive, en effet , avec ce retour à Barcelone,
justement ...au pays des racines , oui racines, car ce mot me parait plus fort et plus humain qu'origine...avoir des racines dans un pays, c'est il me semble,y avoir des liens,des attaches ,des souvenirs, comme ce quartier , cette maison détruite, ça ne s'adresse pas qu'aux arbres !
D'ailleurs, on parle d'arbre généalogique...et on est bien à retracer une lignée humaine chérie !
Les oranges et les citrons achetés tout à l'heure ont sur l'étiquette :
bouquet bio, origine : ESPAGNE.
Belle balade dans les lieux de votre enfance , mais revenez-nous vite
nous enchanter de vos ballades !



Edited at 2012-01-28 17:37 (UTC)
zelia_s
30 jan 2012 20:18 (UTC)
Re: Balade en roulotte...
Bonjour Rosenilda,
Je pense que si la plante a besoin de racines pour vivre, s'épanouir, l'être humain ne s'alimente pas par les pieds. Je crois que je ne saurais pas comment faire avec des racines, douée comme je suis, je me prendrais les pieds dedans! Et il me semble qu'à trop focaliser sur nos "racines" on risquerait de se sédentariser, et ce n'est pas bon pour l'évolution de l'espèce!:)
N'est-ce pas moins enfermant de dire "je suis ici" plutôt que "je suis d'ici" ?
L'être humain a besoin de bouger, de rencontrer...ses pieds lui servent à se déplacer, à avancer; et les attaches, les liens on se les crée partout et tout le temps.
On naît avec une histoire en héritage, et une histoire c'est bien plus que des racines (et plus humain), et cela peut nous mener plus loin, non? on peut aussi avoir des attaches très fortes dans un pays où l'on n'a pas de "racines", simplement parce que l'on y a vécu une partie de sa propre histoire, on y a des souvenirs et l'on s'y sent chez soi, à sa place.
S'il faut vraiment une métaphore végétale pour se sentir plus humain,que diriez-vous du lierre, qui s'accroche où bon lui semble, mais le lierre n'a pas bonne réputation il est rebelle...

PS:petite histoire ou petit pont:
Il y a quelques semaines, le 16 janvier, une petite fille est née à Barcelona,sa grand-mère Anne(de Bretagne...) portée par les élans du coeur s'est installée en Espagne il y a une trentaine d'années; depuis quelques années elle allie gastronomie et culture dans un endroit entre Barcelone et Perpignan,"Mas Castellar", un bel endroit pour un concert(espagnol) en toute intimité...
rosenilda
23 fév 2012 13:08 (UTC)
Pour toujours jeter des ponts....
J'écoute et ré-écoute, avec un infini plaisir,
INNU NIKAMU,et ne résiste pas à citer votre texte....en ces temps douteux...

" Sous la paix des étoiles,
La terre n'est à personne.
Je retourne au silence.
Je reprends le chemin
Pour dire la ressemblance
De tous les êtres humains. "

Quelle force dans ces doux mots !

Merci, cher Nilda, pour ce texte magnifique et la musique choisie qui renforce admirablement le message !





rosenilda
07 mar 2012 09:55 (UTC)
Bel hommage, de l'autre côté de la rive...
Bel hommage, oui, à Salvatore, de votre part !
Respect, admiration , de l'émotion, de la tendresse !
Rien à dire ! juste l'envie d'en savoir plus sur Salvatore Adamo, maintenant, artiste que je ne connais pas !...
et l'envie de continuer ce journal, sur ce site, que j'aime bien !
et l'envie de continuer à jeter des ponts !
claudemn
07 mar 2012 12:39 (UTC)
Coucou !
Je viens vous répondre, Claudine, car je vous sens bien seule sur cette rive de l'autre côté de la mer... C'est vrai qu'on avait parlé de construire un pont pour Nilda, donc je pose vite la pierre suivante, et il faut qu'on continue si on veut le retrouver à l'autre bout avant qu'il ne soit rentré en France !
J'ai assisté ce week-end à un concert dans ma petite église de campagne, de Monsieur Jean-Claude Gianadda, qui a un répertoire, disons... évangélique, mais avec guitare, sono et grand écran, excusez du peu ! Je lui ai dit à la fin que si toutes les messes étaient dites de façon aussi joyeuse, les églises seraient plus souvent remplies ! J'ai retenu une belle phrase de l'une de ses chansons : "construire des ponts, pour recoudre la Terre". J'aime bien l'image, j'imagine la Terre avec tous ces fils pour "suturer" les bords de ses plaies...
Pour revenir à ce cher "Adamo", (comme on disait avant), j'avoue que moi aussi je ne connais de lui que ses premières chansons. Je vais donc me précipiter à la médiathèque pour combler cette lacune... Je crois que Nilda va finir par regretter de nous avoir parlé de son ami : il n'y en a plus que pour lui, désormais ! Je plaisante bien-sûr, et Nilda va prendre sa revanche ce week-end car, là, c'est lui qui va chanter !
Encore un mot pour faire signe à Zélia : coucou vous êtes là, Zélia ? avez-vous vu que Nilda va venir à La Rochelle ? ce n'est pas très loin de chez vous, je crois ?... Peut-être de bons moments en perspective, si vous pouvez aller le voir ?
Allez, je vous salue, amies du blog, à très bientôt.
Claude.
Page 1 de 3
<<[1] [2] [3] >>
( 51 commentaires — Envoyez un commentaire )